Formation des enseignantes et préparation au Kankor


formation des enseignantes et préparation au kaNkor

Le contexte

Bien que de grands progrès aient été réalisés dans le domaine de l’éducation depuis la chute du régime des talibans, le chemin reste long pour l’Afghanistan. Les derniers chiffres montrent que, pour la première fois depuis 2002, l’éducation régresse à tous les niveaux, notamment chez les filles (UNICEF, 2018). Aujourd’hui encore 3,7 millions d’enfants ne sont toujours pas scolarisés en Afghanistan, soit près de la moitié des enfants âgés de 7 à 17 ans : 60% sont des filles et ce chiffre monte à 85% en zone rurale.

De nombreux facteurs entravent encore la scolarisation des jeunes filles : le manque d’infrastructures, l’éloignement des écoles en zone rurale, l’insécurité sur le chemin de l’école. Le manque  d’enseignants et surtout d’enseignantes (seules 30% des enseignants sont des femmes) est également un frein important tout comme leur manque de qualification (seulement 24 % des enseignants répondent aux qualifications minimales).

Par ailleurs, ce sont souvent les lycéennes qui sont les plus à risque de décrocher du système scolaire. En effet, au-delà de la persistance des mariages précoces, de nombreuses familles refusent encore de laisser leurs filles assister à des cours dispensés par des hommes.

 

Ainsi, en Afghanistan, 57% des filles de 15 à 18 ans ne vont pas à l’école alors que l’enseignement secondaire permet d’accroître le salaire des filles jusqu’à 25% à l’âge adulte (Banque Mondiale) et de diminuer le nombre de mariages avant 18 ans (1 fille sur 3 actuellement), et les grossesses précoces (1/4 des filles concernées).

Notre approche – en touchant des filles de tous âges, en agissant de façon globale sur la qualité de l’éducation grâce à une amélioration des infrastructures et du niveau des professeurs, et en communiquant de manière approfondie avec les familles et les autorités locales– permet de diminuer nettement le décrochage scolaire.

Cela permet de changer la vie des bénéficiaires mais aussi de leur famille. En effet, pour chaque année d’étude supérieure de la mère, la scolarité de son enfant augmente d’environ 0.33 année. Ainsi, agir sur l’éducation des jeunes filles est un investissement pour le changement de vie de nos bénéficiaires mais aussi des générations futures.

 

Les Projets

La formation des enseignantes

Depuis 2011, les enseignantes de nos écoles ont la possibilité de suivre des sessions de formations intensives d’une durée de 15 jours chacune dans les matières scientifiques (mathématiques, chimie, physique) et les langues (anglais ainsi que dari/pashto). Les directeurs d’écoles proposent ce programme aux  enseignant.e.s ayant des faiblesses dans leurs matières (il est ouvert aux hommes mais nous privilégions les enseignantes femmes qui ont bien souvent un niveau plus faible). Ensuite, les enseignantes sélectionnées passent un test pour déterminer leur niveau, ce qui permet d’orienter au mieux la formation. Des professeurs d’Universités de Kaboul viennent donner les cours.

La formation des enseignantes est complétée depuis 2017 et peu à peu remplacé par un système d’autoformation. Dans chaque école, une pièce équipée d’un poste de télévision ainsi que de DVDs et supports pédagogiques créés par le Ministère de l’Education afghan est accessible aux enseignantes.

La difficulté majeure pour la formation des enseignantes étant leur disponibilité, l’autoformation leur donne la possibilité de se former en continu et à leur rythme.

 

La préparation au Kankor

La préparation au Kankor (examen d’entrée à l’Université), accessible aux jeunes filles de grade 12 (Terminale) sur la base du volontariat, propose des cours supplémentaires dans les matières scientifiques (chimie, biologie, physique et mathématiques), matières ayant le plus haut coefficient au Kankor. Ce programme, mis en place chaque année d’août à septembre, vise à approfondir les connaissances des étudiantes et leur confiance en elles, pour augmenter leurs chances de réussite au concours.

 

OBJECTIF

Favoriser l’autonomisation des jeunes filles afghanes en les aidant à accéder à l’Université à travers la formations des enseignantes et la préparation à l’examen d’entrée à l’Université (Kankor).

BÉNÉFICIAIRES

0
lycéennes par an
0
enseignantes par an

LOCALISATION

KERAMAN

Village de Keraman dans le district de Dara, province du Panjshir

MALALAÏ

Village d’Hanaba dans le district d’Hanaba, province du Panshir

NASWAN PAGHMAN

Village de Dara Zargaran dans le district de Paghman, province de Kaboul

258

KHOJA LAKAN

Village de Khwaja Lakan dans le district de Paghman, province de Kaboul

ABDULLAH BIN OMAR

Village de Parachi dans le district de Paghman, province de Kaboul

067

QALAÏ MALIK

Village de Qalaï Malik dans le district de Paghman, province de Kaboul