DSC00406.jpg

L'AFGHANISTAN

Le conflit en Afghanistan illustre la dangerosité extrême d'une zone de guerre où la crise humanitaire compte parmi les plus longues de notre histoire.

L'Afghanistan est ravagé par plus de quarante années de conflits qui ont fait des centaines de milliers de victimes civiles et obligé des millions d'autres à fuir leur foyer. L'instabilité politique qui a suivi l'occupation soviétique à la fin des années 1980 a vu émerger le mouvement Taliban qui instaure un régime reposant sur une interprétation extrémiste de la charia. Ils contrôleront 90% du pays de 1996 à 2001. Sous ce régime, des millions de civils ont été victimes de violations flagrantes des droits humains tels que des exécutions extrajudiciaires, des actes de torture et de détentions arbitraires.  A cela s’ajoute la sécheresse, les catastrophes naturelles et le chaos économique qui font de l'Afghanistan l'une des nations les plus pauvres et les plus instables du monde.  

L’année 2021 marque le retour des talibans au pouvoir. Elle a débuté avec de violents combats dans les provinces d‘Afghanistan qui opposaient les talibans aux troupes régulières afghanes, faisant des milliers de victimes à travers le pays. En l’espace de quelques mois, les talibans ont conquis district après district jusqu’au 15 août où ils ont pris Kaboul. Aujourd’hui, le contexte a changé : les Afghans font face à une perte des droits et des libertés fondamentaux, en particulier pour les femmes, ainsi qu’à une crise économique, financière et humanitaire. Si rien n’est fait, 97% de la population sera sous le seuil de pauvreté dans un an. 

35,7 M

18,4 M

millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence

500 000

déplacés internes dont 80% de femmes et enfants

d'habitants

LES FEMMES A TRAVERS LE CONFLIT EN AFGHANISTAN

L'histoire mouvementée de l'Afghanistan, marquée par de violents conflits, a engendré des violations massives des droits des femmes afghanes, entraînant ainsi une dégradation de leur bien-être économique et social.

L’Afghanistan est aujourd’hui encore l’un des pays les plus dangereux du monde et le pire pays où vivre en tant que femme (Indice de GIWPS). Les femmes afghanes sont touchées de manière disproportionnée par l’instabilité et les conflits et leurs droits sont régulièrement bafoués. Les femmes afghanes subissent au quotidien de nombreuses violences sociales (physiques et morales). En effet, les violences sexuelles, l’échange de femmes et de filles comme solution à une résolution de conflit (le baad), les enlèvements, le mariage forcé ou précoce, les violences au sein du foyer, ou encore, les attaques ou les menaces en public sont encore monnaie courante dans l’ensemble du pays. 

Sous les Talibans (1996-2001), les femmes ont été privées de toute existence publique : les afghanes n’avaient plus aucun droit, étaient réduites à un rôle de “procréatrice” et elles ne pouvaient plus sortir de chez elles sans burqa et sans être accompagnées d’un homme.   

Si depuis 2001, des progrès ont été accomplis notamment en matière d’éducation des filles, d’employabilité des femmes et de leur implication dans la vie politique : l’insécurité qui prévaut en Afghanistan, le faible engagement de l’État dans le renforcement du rôle des femmes, la corruption et les fortes traditions d'une société patriarcale, religieuse et coutumière entravent les efforts pour renforcer les droits des femmes et leur rôle dans la société.  

L’intensification du conflit suite à l’annonce du retrait des troupes occidentales a entraîné une augmentation des victimes civiles et les femmes afghanes en sont les premières victimes : l’année 2020 marque le plus grand nombre de femmes tuées enregistré en une seule année depuis que la Mission d’Assistance des Nations Unies en Afghanistan a commencé à répertorier les victimes civiles.  

 

Depuis le 15 août 2021, les Talibans ont repris le pouvoir et remettent en place leur ancien régime d’oppression des femmes. Malgré leurs promesses et leur discours visant à rassurer l’Occident, les faits illustrent une réalité contradictoire : les filles n’ont toujours pas le droit d’aller au collège ou au lycée alors qu’elles peuvent aller à l’école primaire et à l’université (privée uniquement), de nombreuses femmes sont empêchées de se rendre sur leur lieu de travail mais seules des enseignantes peuvent instruire les jeunes filles.. En plus de cela, les Afghanes doivent respecter l’obligation de se voiler et d’être accompagnées d’un homme de leur famille.  

 

Le retour des Talibans est déjà lourd de conséquences sur les fragiles acquis en terme de droits obtenus par les afghanes ces vingt dernières années. Lorsque l’Occident aura détourné son regard de la situation en Afghanistan, les Talibans montreront leurs véritables intentions. Afghanistan Libre n’abandonnera pas les Afghanes et restera mobilisée jusqu’au bout. 

des femmes ont subi une forme de violence psychologique, physique ou sexuelle dans leur vie

En moyenne, 75% des mariages sont forcés, souvent avant l'âge de 16 ans

Les femmes ont 1 chance sur 52 de mourir de causes liées à la grossesse qui sont largement évitables